Colloque 2019

Colloque annuel 2019 de l’AEPM

La sauvegarde du patrimoine immatériel.
Transmettre les techniques graphiques aux générations futures

23-25 mai 2019
Nationaal Museum van de Speelkaart
Turnhout, Belgique.

Patrimoine immatériel dans les musées de l’imprimerie

Les années 1980 et les décennies qui ont suivi ont vu la création d’un grand nombre de musées de l’imprimerie et d’ateliers patrimoniaux suite au remplacement de l’impression typographique par l’offset et à l’adoption extrêmement rapide de la micro-édition et de la prépresse numérique. Ces musées et ateliers ont préservé non seulement les machines, les équipements et les techniques d’impression récemment disparus de la scène industrielle. Ils ont également pu préserver les savoir-faire des artisans qui les exploitaient. En effet, de nombreux musées et ateliers ont été créés par des imprimeurs qui, dans de nombreux cas, avaient récemment pris leur retraite. Quarante ans plus tard, la génération des imprimeurs ayant passé leur vie professionnelle dans la typographie, la lithographie directe et la photogravure, et connaissant parfaitement les techniques qu’ils utilisaient prend sa retraite pour la deuxième fois, cette fois-ci définitivement.

Un nouveau chapitre s’ouvre…

Ces dernières années, les musées de l’imprimerie et les ateliers patrimoniaux sont de plus en plus préoccupés par le problème de la préservation et de la transmission des savoir-faire traditionnels nécessaires pour continuer à utiliser des machines et des processus devenus historiques. Certaines techniques ont trouvé une seconde vie dans des ateliers de création où elles sont déjà utilisées, adaptées et renouvelées depuis plusieurs générations. Ainsi, de nombreuses techniques de gravure sur bois et sur cuivre et de lithographie ont été préservées et transmises. Les techniques et les savoir-faire de l’imprimerie typographique ont également été préservées et transmises de petits éditeurs qui placent les méthodes de production traditionnelles au cœur de leur activité. La plupart de ces ateliers sont principalement orientés vers la production artistique ou créative. Seuls quelques-uns incluent la préservation et la transmission du patrimoine de l’imprimerie – qu’il soit matériel ou immatériel – parmi leurs missions principales, laissant de telles activités à des musées de l’imprimerie et à d’autres organisations qui s’identifient de près ou de loin avec les ateliers patrimoniaux.

Le patrimoine graphique face aux défis

Les musées de l’imprimerie sont les principaux défenseurs du patrimoine graphique. Mais même eux doivent faire face à d’énormes difficultés pour transmettre le patrimoine immatériel de l’imprimerie. Les ressources sont généralement rares. Les budgets sont modestes (pour le moins), le personnel qualifié est rare tant pour la restauration, le fonctionnement et la maintenance des machines que pour le développement et la gestion quotidienne des activités éducatives et des programmes de médiation. Même pour les grands musées institutionnels, les spécificités du patrimoine graphique sont souvent difficiles à concilier avec les impératifs bureaucratiques. L’emploi d’un(e) imprimeur(e) dans un musée public, par exemple, est une véritable course d’obstacles qui fait que des connaissances pratiques essentielles sur un aspect central des collections peuvent être trop facilement perdues si le ou la spécialiste change de travail ou prend sa retraite.

Au fur et à mesure que l’imprimerie a évolué, de l’artisanat au numérique, en passant par l’ère industrielle, les techniques d’impression sont devenues de plus en plus sophistiquées et les connaissances nécessaires pour les exploiter de plus en plus spécialisées. De ce fait, la préservation et la transmission des techniques et compétences traditionnelles comptent parmi les plus grands défis auxquels sont confrontés les musées de l’imprimerie, les ateliers patrimoniaux et les autres organisations impliquées dans la préservation et transmission du patrimoine graphique.

 

Le lieu

La conférence est organisée par le Nationaal Museum van de Speelkaart (Turnhout, Belgique), un musée de l’imprimerie unique où les compétences, les techniques et leur transmission jouent un rôle central.


Le programme

En plus des conférences, discussions et autres convivialités habituelles, le programme comprendra (samedi) une visite de l’Industriemuseum (anciennement MIAT) à Gand, qui ouvrira la nouvelle section consacrée à l’imprimerie – considérablement agrandi – peu de temps avant la conférence.

Deux visites supplémentaires sont proposées également le dimanche pour les participants qui  souhaitent prolonger leur séjour dans la région: le musée Plantin-Moretus et la collection Letter-kunde de Patrick Goossens, tous deux situés à Anvers. Ces visites sont incluse dans les frais d’inscription.