AEPM 2021

Colloque annuel de l'Asssociation of European Printing Museums

Les inscriptions sont ouvertes pour la conférence annuelle de l’AEPM 2021.

Imprimer à Offenbach : l’art d’un métier et du métier dans l’art

Conférence en ligne
20-22 mai 2021

Voir le programme complet ici

L’événement est conjointement organisé par le musée de Klingspor et le Musée d’histoire locale d’Offenbach (Haus der Stadtgeschichte). Exceptionnellement, cette année, il est proposé sous forme de conférences via Zoom. Les conférences seront retransmises en direct depuis Offenbach et complétées par diverses visites enregistrées de lieux dédiés au patrimoine graphique local.

La conférence reprend le programme qui était prévu l’année dernière, mais qui a dû être annulé en raison de la pandémie de Covid-19.

La participation est gratuite, mais un don aux musées hôtes pour aider à couvrir les frais sera accepté avec plaisir.

Si vous souhaitez participer à la conférence, veuillez contacter Dorothee Ader au Musée Klingspor : dorothee.ader@offenbach.de. Vous recevrez le lien d’accès et les détails nécessaires en temps utile avant la conférence.

Pourquoi Offenbach-sur-le Main ?

De nombreux événements, dont la conférence de l’AEPM de l’année dernière, ont été annulés ou retardés depuis le début de la pandémie, tant au sein de l’industrie de l’imprimerie que parmi les nombreuses organisations dédiées à la culture de l’imprimé. Cette année, l’AEPM est déterminée à mettre l’accent sur le patrimoine de l’imprimerie avec sa conférence annuelle, malgré le fait qu’il ne lui sera pas possible de remplir complètement son rôle en réunissant ses membres en un seul lieu, comme elle le fait habituellement pour célébrer le patrimoine de l’imprimerie et des arts graphiques.

La conférence veut également montrer l’exemple en examinant comment la ville d’Offenbach-sur-le Main se redéfinit en tant que lieu d’impression sur la base de sa longue tradition dans le domaine des arts graphiques, et comment les citoyens locaux et les responsables des politiques culturelles en sont venus à considérer d’illustres personnalités de l’imprimerie telles que Johann André et Alois Senefelder (lithographie) d’une part, et Karl Klingspor (création de caractères) d’autre part, comme deux facettes complémentaires d’un même récit historique, celui de la contribution de la ville au développement de la communication visuelle.

Il s’agira également de voir comment une interaction dynamique entre les musées d’Offenbach, qui possèdent de riches collections d’estampes, et la prestigieuse Fondation internationale Senefelder a permis le lancement récent d’un nouvel atelier d’impression dont le but est de rendre les techniques d’impression traditionnelles accessibles, à Offenbach, pour les professionnels et les amateurs, jeunes et adultes.

Dans ce contexte, la rencontre avec le célèbre fabricant de presses offset à feuilles ManRoland Sheetfed, qui avait été initialement prévue dans le cadre de la conférence de l’année dernière, est d’autant plus d’actualité que l’entreprise fête cette année son 150e anniversaire. Il ne s’agit donc pas de rappeler un métier qui est souvent aperçu comme étant quelque peu dépassé, mais plutôt de suivre l’évolution d’une technologie qui continue à jouer un rôle essentiel dans l’économie contemporaine.

Pour toutes ces raisons, il est clair qu’Offenbach est un lieu idéal pour accueillir la réunion de l’AEPM et approfondir nos discussions sur les nombreux aspects de l’histoire de l’imprimerie et son rôle continu dans la société contemporaine, discussions qui tourneront autour de deux thèmes principaux cette année. Le premier thème concerne les techniques d’impression, que l’on pourra découvrir à travers la reconstitution de la première « presse à montant brisé » (Stangenpresse) de Senefelder pour l’impression lithographique, conservée au Musée d’histoire de la ville d’Offenbach (Haus der Stadtgeschichte), et avec les presses Manroland construites à Offenbach, qui ont eu une influence considérable sur l’impression offset à feuilles dans le monde entier. Le second thème est celui des artistes travaillant dans le domaine de l’imprimerie et des importants mécènes et producteurs qui ont promu le travail de ces artistes. Ces deux thèmes seront abordés et discutés lors de la conférence avec des intervenants de Pologne, d’Italie, de France et d’Allemagne qui évoqueront une grande variété de sujets connexes.

Il ne sera malheureusement pas possible de faire venir tout le monde à Offenbach, mais nous espérons au moins pouvoir réunir les intervenants au Musée de Klingspor, ainsi que le personnel des musées hôtes, pour les conférences et les discussions en direct, lesquelles, nous l’espérons, toucheront un public aussi large que possible en ligne via les sites de l’AEPM et des musées d’Offenbach.

Thèmes, intervenants et bref aperçu du programme

Il n’y aura pas de fil conducteur pendant la conférence, mais plutôt une mosaïque de ‘joyaux’ à découvrir.

Eva Hanebutt-Benz, avec toute l’expérience qu’elle apporte en tant que chercheuse et directrice pendant de nombreuses années du Musée Gutenberg de Mayence, donnera un aperçu de l’imprimerie le long du Rhin et du Main. Un cadre des plus nobles pour la ville de l’imprimerie qu’est Offenbach !

Martyn Kramek explorera la ville de Łódź (Pologne) comme source discrète de la création de caractères et des arts du livre, un parallèle approprié à Offenbach.

Walter Raffelli, lithographe de formation, et son ami Anton Würth sont des praticiens expérimentés de la technique d’impression à partir de la pierre gravée. Anton Würth a évolué à partir de cette collaboration pour devenir l’un des principaux artistes praticiens de la gravure. Walter Raffaelli, quant à lui, travaille à Rimini (Italie) comme éditeur spécialisé dans la poésie contemporaine et s’attache à la qualité d’impression de ses publications.

Françoise Despallles et Johannes Strugalla et leur maison d’édition Despalles éditions (Paris, Mayence) ont produit au fil des ans une multitude de livres magnifiquement imprimés dans lesquels l’évolution du paysage médiatique est tout aussi présente que le contenu  en tant que message. Cet aspect mérite que l’on s’y attarde, au-delà des aspects esthétiques de l’impression depuis Gutenberg.

La contribution de Joseph Belletante (Musée de l’Imprimerie et de la Communication Graphique, Lyon) va également dans ce sens et traite de plusieurs protagonistes éminents du graphisme, non seulement dans son pays d’origine, la France, mais aussi en Pologne, qui fut longtemps un pôle majeur de l’illustration et de l’affiche. Pierre Bernard, Gérard Paris-Clavel et d’autres compagnons se sont réunis pour former le collectif de graphistes Grapus, puis l’association Ne Pas Plier, et ont approfondi la dimension socio-politique de ces imprimés au charme saisissant.

Christina Wildgrube, installée à Leipzig, s’exprime sur un ton résolument calme et nuancé.  Cette jeune artiste a étudié à la célèbre Académie des arts graphiques et des métiers du livre à Leipzig et a immédiatement fait sensation avec ses imprimés qu’elle a conçus et imprimés à partir de matériaux provenant des casses des typographes. Mais ce qui pourrait s’apparenter à de la nostalgie s’avère, en fait, être un langage visuel tout à fait contemporain.

Samedi, Uta Schneider et Ulrike Stoltz, les deux artistes qui ont cofondé les ateliers Unicat T puis USUS, ainsi que Dominik Gussmann, nous feront quitter les conférences de la veille pour pénétrer dans le nouvel atelier d’impression du musée (dirigé par Dominik Gussmann). Ils comptent parmi les personnalités les plus importantes travaillant dans le domaine des impressions d’art, qu’il s’agisse de livres ou d’autres imprimés, et peuvent rendre compte de ce domaine sur la base des nombreuses conférences qu’ils ont données dans des universités, à la Stiftung Buchkunst (Fondation du livre d’art à Francfort-sur-le-Main), etc.

Le programme du samedi proposera des rencontres avec les techniques et l’art de l’impression à Offenbach et ses environs, dans des musées ainsi que dans les ateliers d’impression de différents artistes (dont Anja Harms, Eberhard Müller-Fries, Anton Würth). Outre l’aspect artistique, la médiation et l’éducation artistique joueront également un rôle important. Au fil des ans, les musées d’Offenbach ont développé une méthodologie durable pour initier les jeunes à l’univers de l’imprimerie. Une caractéristique de l’activité des musées qui est peut-être la plus importante à long terme, notamment pour ceux d’entre nous qui travaillent dans les domaines de l’imprimerie et des arts graphiques.

Et enfin, mais pas des moindres…

Deux œuvres d’art imprimés du XXe siècle accompagneront également notre rencontre. L’une est de Marc Chagall, l’autre de Joan Miró, et toutes deux sont très rarement exposées au public.

La salle de conférence de la Maison de l’histoire de la ville d’Offenbach (Haus der Stadtgeschichte) sera décorée d’une collection d’environ 40 gravures. Celles-ci proviennent de la Bible que Marc Chagall (1887-1985) a commencée à la fin des années 1920 pour le marchand d’art et éditeur Ambroise Vollard. Après la mort de ce dernier, et grâce aux efforts de l’éditeur éminemment actif Tériade, la série a été achevée par Chagall en 1957, puis imprimée. Les premières gravures de Chagall sont dotées d’un imaginaire remarquable et comptent parmi les plus authentiques que l’art du XXe siècle ait produit sur le matériau narratif de la Bible.

Makemono est le titre d’un rouleau en soie de dix mètres de long, créé par l’artiste espagnol Joan Miró. Exécuté en lithographie, avec ajoutés en gravure sur bois, ce format extrême a offert à Miró un terrain unique pour déployer les caractéristiques quasi-métaboliques de son langage de formes et de couleurs dans une abondance imaginative sans fin. À l’occasion de la conférence de l’AEPM, le rouleau sera remis au Musée de Klingspor par son propriétaire à titre de dépôt.

Et un dernier mot de remerciement…

La ville d’Offenbach-sur-le Main et ses musées tiennent à remercier l’AEPM de leur avoir donné l’occasion d’accueillir cet événement important, et à remercier tous ceux qui travaillent à sa réussite.